Julie de Buzz Trotter

Faire le tour de l’Asie en étant freelance : interview de Julie de Buzz Trotter

Bonjour à tous, aujourd’hui je reçois Julie. Julie a créé sa société de conseil éditorial et rédaction web et s’apprête à partir pour 6 mois en Asie avec son compagnon, Vincent.
 
Durant ces 6 mois ils vont vivre la vie d’entrepreneurs nomades. C’est cette aventure qu’ils nous racontent dans leur blog : Buzz trotter.

 
Julie bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Julie : Bonjour, j’ai 29 ans et j’habite à Bordeaux depuis maintenant 3 ans. J’ai créé ma société MDJ Communication, il y a presque 3 ans, quasiment en même temps que mon arrivée en Gironde.
La création d’entreprise s’est révélée être très bénéfique pour moi, tant sur le plan professionnel que personnel, j’ai enfin trouvé ma voie !

 
Vous avez comme projet de devenir des entrepreneurs / freelances nomades d’ici mars 2012. Peux-tu nous en dire un peu plus ?

J. : Vincent et moi avons pas mal voyagé et nous avions très envie de faire un tour du monde.
Sauf qu’en n’étant pas salariés, il nous était difficile de prendre un congé sabbatique d’un an (ou sans solde) donc ce projet a été repoussé.
Finalement après mûres réflexions, nous avons décidé de ne partir que 6 mois en Asie, une très belle aventure déjà. Nous irons à la rencontre des freelances ou entrepreneurs des 6 pays que nous allons traverser.
L’idée est de continuer notre travail d’indépendants à l’étranger, le tout grâce aux connections internet et aux coworking spaces dans lesquels nous espérons rencontrer des gens.

« L’idée est de continuer notre travail d’indépendants à l’étranger, le tout grâce aux connections internet et aux coworking spaces »

 
D’où vous est venue l’idée de ce projet ? quel a été le déclic ?

J. : L’idée s’est construite au fur et à mesure des « contraintes » de notre statut. Nous ne pouvions pas laisser nos entreprises respectives et notre réseau pendant quelques mois sans donner de nouvelles. Cela aurait été synonyme de retour à la case départ à notre retour.
C’est donc en lisant le livre de Tim Ferris « La semaine de 4h » que nous nous sommes dits que conjuguer travail et voyage était possible !

 
Vous allez devoir choisir les villes où vous allez vous installer, choisir un quartier, trouver un appartement, … Comment comptez-vous procéder ?

J. : Nous avons déjà semé pas mal de petits cailloux en contactant des personnes qui étaient en train de faire un tour du monde, des coworking spaces qui nous imposerons des détours par telle ou telle ville, des amis qui se trouvent déjà dans certains pays… Et le reste se fera au feeling.
J’avoue n’être pas très fan des voyages trop programmés, les rencontres permettent de créer son voyage au fur et à mesure.
Ensuite, nous nous aidons de sites internet qui donnent des itinéraires, des avis de voyageurs ou autres…

 
Quel sera votre statut / visa dans les différents pays où vous allez passer ?

J. : Etant donné que nous ne partons que 6 mois et que nous restons moins d’un mois dans chaque pays, nous n’avons pas de statut particulier, juste celui de voyageur.
Cela ne change rien au niveau administratif, étant donné le délai pour lequel nous quittons le sol français, nous sommes donc toujours rattachés à la France et aurons des visas touristiques à chaque fois (puis que nous ne travaillerons pas pour les pays que nous traverserons).

 
Vous devez être en plein préparatifs en ce moment. Qu’est-ce qui est le plus compliqué à organiser ?

J. : Actuellement, nous sommes en Thailande pour 3 semaines, ce qui nous permet déjà d’avoir une première approche de l’organisation que nous devrons avoir pour partir.
Rien n’est compliqué en soit, il faut juste dématérialiser au maximum, c’est-à-dire avoir sa comptabilité sur internet, avoir un numéro sur lequel nos clients peuvent nous appeler sans surcoût, trouver des connexions internet partout où nous passerons (ou prévenir dans le cas où nous n’en aurions pas pendant quelques jours)…
Le reste sera de l’organisation sur place pour trouver des moments de travail et des moments de découverte des pays !

« Rien n’est compliqué en soit, il faut juste dématérialiser au maximum »

 
Combien d’heure par semaine travaillez vous tous les deux actuellement ?

J. : En fonction de notre activité, les semaines sont complètement différentes, cela peut aller de 30h maxi à 60h week-end compris… Je crois que c’est difficile de pouvoir donner des heures car chaque journée est différente et c’est aussi ça la liberté des indépendants !

 
Et à partir de mars, vous ferez la semaine de 4h ? ;)

J. : Il sera difficile de faire la semaine de 4 heures je pense, mais pourquoi pas la journée de 4 heures :)
En gros, nous travaillerons en décalé pour être à peu près raccord avec les heures françaises, donc globalement de 16h à 20h pour nous, il sera entre 10h et 14h pour la France.

 
Comment imagines-tu ta vie à partir de mars prochain ?

J. : Difficile à dire, j’imagine beaucoup de choses, de rencontres, de villes traversées, de changement de chambres d’hôtel et autres…
J’aimerai surtout avoir la possibilité de me poser plusieurs jours dans un endroit où je me sens bien histoire de vraiment profiter de l’instant et de pouvoir travailler sans me dire, mince je n’ai pas visité ça ou ça.
Le plus dur sera de combiné travail et plaisir en fait, mais en utilisant nos matinées pour les transports et les visites et les après-midis pour le travail, cela devrait être possible.

« J’imagine beaucoup de choses, de rencontres, de villes traversées, de changement de chambres d’hôtel et autres… »

 
Qu’est-ce qui te fais le plus envie ? qu’as tu le plus hâte de faire ?

J. : En fait j’ai surtout hâte de rencontrer les personnes que nous avons déjà contactées ou déjà rencontrées en France, comme ces deux coréens qui sont venus pour faire la tournée des vins Français.

 
Vous vous êtes fixé une durée de 6 mois pour cette expérience. Ça peut évoluer selon la tournure des choses ?

J. : En fait pour être sûrs de revenir, nous avons pris nos billets de retour :) Sans blague, je pense que nous serons contents de rentrer pour mieux repartir ensuite, mais qui sait, l’aventure c’est l’aventure et nous aurons peut-être un coup de cœur pour un pays.

 
Pour finir, quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait se mettre à son compte dans le but de devenir nomade ?

J. : Je pense qu’il faut vraiment le sentir déjà, tout le monde ne peut pas être à son compte et tout le monde ne peut pas être nomade.
Ce sont deux notions qu’il est nécessaire de bien appréhender. Mais si vous vous sentez l’âme d’un voyageur, il faut tenter l’aventure, ce serait dommage de passer à côté de belles rencontres.
De plus aujourd’hui, tout est fait pour dématérialiser au maximum son travail (même si cela dépend bien entendu du travail qu’on fait), il n’y a plus qu’à franchir le pas !

 
Suivez les aventures de Julie et Vincent, et retrouvez leurs trucs et astuces sur leur blog :

logo buzz trotter

Ces articles pourront vous intéresser :

18 Comments

  1. Un beau projet de vie en effet. Le seul problème pour les digital nomades est parfois de ne pas pas avoir l’impression de profiter du voyage à 100% comme qq’un qui aurait pris un véritable congé. Avoir sans cesse des clients, du travail dans un coin de sa tête n’aide pas à se consacrer totalement au voyage non ?
    ça serait intéressant d’avoir le retour d’expériences de freelances partis en voyage !
    A bientôt
    Bon interview en tout cas !
    Julien
    Julien@travel VOX Articles récents..Financer ses voyages : comment optimiser la location de son appartement ?My Profile

  2. Bonjour Nicolas et Julie,

    Tous mes vœux de réussite pour cette belle aventure! Cela me fait penser à deux articles de Jean de WMJ qui travaille lui aussi en nomade. Ceux qui peuvent dématérialiser leur activité ont tout intérêt à se créer une société à Hong Kong. C’est tout à fait légal, et surtout cela permet de faire énormément d’économies au niveau fiscal:

    <a href=" » title= »Créer une société à Hong Kong »>
    et

    Il y a quelques prestataires francophones, pour ne pas dire français, qui ont monté des entreprises pour aider à la création de ce type de société. juste un exemple:

    On en trouve bien d’autres grâce à notre ami Google… A réfléchir, cela demande un peu d’organisation au départ, mais cela peut être très rentable avec le temps…
    LaurentDeBangkok Articles récents..
    Thaïlande, une étape dans la tournée du Père NoëlMy Profile

  3. Bonjour à vous 2!
    Bonne chance dans vos démarches et organisation, préparez-vous bien et votre projet ne pourra qu’aboutir ! Partir, voyager, découvrir, tout en travaillant, j’ai un projet similaire, travailler en freelance depuis un bateau tout en voyageant !
    Bon courage à vous en tout cas pour cette belle aventure!
    Apprendre la voile Articles récents..Sécurité en mer : les basesMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge